Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2010

La Foire Internationale du Livre de Buenos Aires est considérée un des événements culturels et éditoriaux des plus importants de l’Amérique Latine et lieu de rencontre des auteurs, éditeurs, libraires, distributeurs, éducateurs, bibliothécaires, scientifiques et plus de 1.200.000 lecteurs de tout le monde. Elle aura lieu du 22 avril à au 10 mai 2010 dans La Rurale, Predio Ferial de Buenos Aires, sous la devise “Fêter avec des livres”. La surface totale de la Foire est de 37.000 m ². Il y aura 1.300 exposants dont  37 pays,  deux Communautés et un organisme international.

Quelques nouveautés de cette édition :

.  Réunion Internationale de Directeurs de Foires de Livre (Ferieros) qui convoquera aux responsables des foires de livres les plus importantes du monde.

. Création de l’Espace Bandes Dessinées.

. Biennale Borges- Kafka. Au programme une table ronde avec des intellectuels tchèques, un cours sur l’oeuvre des deux auteurs, une exposition photographique et la présentation de l’Orchestre Symphonique dans l’acte de fermeture.

Accès:

. Avenida Sarmiento 2704

. Avenida Cerviño 4474

Horaires :

Jeudi 22 avril : de 18.00 à 22.00 hs.

Du dimanche au jeudi: de 14.00 à 22.00 hs

Vendredi et samedi: de 14.00 à 23.00 hs

Samedi 1er.mai : de 14.00 à 01.00 hs.

Prix de l’entrée:

. Du lundi au jeudi: $ 12,00

. Du vendredi au dimanche: $ 15.00

www.el-libro.org.ar

Publicités

Read Full Post »

Los Antiguos.

Los Antiguos,  petit village de 1800 habitants dans la Province de Santa Cruz (à 1900 km de Buenos Aires) se trouve dans la marge sud du Lac Buenos Aires, aux bords du “Río Los Antiguos”, à 64 km de Perito Moreno et à 893 km de Río Gallegos.

Selon la légende les anciens tehuelches choisissaient ce lieu comme dernier repos par son microclimat agréable. Le nom du village est une traduction du mot tehuelche I keu kenk ou I keu konk, qui signifie mes ancêtres ou les anciens.

Le Lac Buenos Aires a une surface de 2240 km2, dont 880 correspondent à l’Argentine. C’est le lac le  plus grand de l’Amérique du Sud, après le Titicaca.

Ce lac est encadré par les rivières Jeinimeni et Los Antiguos  dans lesquels on peut trouver des espèces telles que la truite marron et la truite arc arc-en-ciel, tentation des pêcheurs de tout le monde. Étant entouré de rivières il offre la possibilité particulière de faire de la pêche à la mouche pendant toute l’année, dans deux écosystèmes différents.

Aujourd’hui, Los Antiguos est reconnu comme la capital nationale de la cérise, dont la festivité a lieu toutes les années au mois de janvier et à laquelle participent les producteurs avec leurs meilleures confitures.

Géographiquement Los Antiguos est très près de la Cueva de las Manos, déclarée en 1999 Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO. Les peintures rupestres, protégées par le ravin du Río Pinturas, appartiennent à une civilisation qui a habité la région il y a 10.000 ans. L’art imprimé dans les roches représente ses coutumes, techniques de chasse, rites et croyances ainsi que les conditions de vie de cette ancienne culture prédatrice.

http://www.interpatagonia.com/losantiguos/

http://www.patagonia.com.ar/santacruz/losantiguos/infogral.php

Read Full Post »

La République Argentine est située dans l’hémisphère sud et occidental du continent américain.  C’est le second pays en extension de l’Amérique du Sud et le huitième du monde. Il possède une superficie continentale de 2.791.810 de Km2.

La superficie totale avec le secteur antarctique et les Iles de l’Atlantique Sud est de 3.761.274 de Km2.

L’Argentine est longue de 3 800 kilomètres du nord au sud et de 1 400 kilomètres de l’est à l’ouest.
Elle est divisée en  23 provinces et  une Cité Autonome érigée en district fédéral (Ciudad Autónoma de Buenos Aires),  siège du gouvernement national :

. Buenos Aires ,  Catamarca,  Chaco., Chubut, Ciudad Autónoma de Buenos Aires, Córdoba, Corrientes,  Entre Ríos,  Formosa,  Jujuy,  La Pampa,  La Rioja, Mendoza, Misiones, Neuquén, Río Negro, Salta,  San Juan, San Luis, Santa Cruz, Santa Fe,  Santiago del Estero, Tierra del Fuego e Islas del Atlántico Sur, Tucumán.

Système Politique : Républicain Représentatif et Fédéral
Population estimée : 40.000.000 d’habitants
Langue : Espagnol. Autres langues : Quechua, Guarani et Araucano.

Les principaux types de climat de l’Argentine sont quatre : chaud, tempéré, stérile et froid. L’extension du territoire et les accidents du relief déterminent l’existence de variétés dans chacun des types cités.

L’Argentine : Creuset de Races

Les premiers habitants de l’actuel territoire argentin ont été des indigènes ceux qui, réunis en diverses tribus, ont développé leurs cultures respectives en degré divers.
Au  XVIe siècle se produit l’arrivée des conquérants espagnols apportant leurs coutumes et valeurs propres et en produisant une rencontre culturelle perdurable , non exempte de douleur dans beaucoup de cas et de coopération dans d’autres. Du point de vue démographique, cette rencontre a donné lieu au métissage blancs et Indiens,  auquel on ajouterait en degré plus petit, l’apport d’habitants noirs apportés depuis l’Afrique ou depuis le Brésil en qualité d’esclaves, particulièrement dans la zone del Río de la Plata. Métis, mulâtres et “zambos” doivent ainsi consigner la conformation de la population créole.
Dans la seconde moitié du XIXe siècle et la première du XXe, s’est produit l’arrivée d’un important apport migratoire d’origine principalement européenne, qui constitue un autre pilier fondamental au moment de définir l’essence de l’ “argentinidad” comme produit d’un véritable « creuset de races ».

La cuisine argentine est le résultat d’une savoureuse synthèse, résultat de l’apport des plats européennes appartenant aux différents courants migratoires, assaisonnés et combinés avec des aliments propres du sol indigène.
Font partie de la gastronomie créole le “asado con cuero”( le rôti avec cuir), le locro, la carbonada, la humita, el tamal,  las empanadas, el chipá, la mazamorra, el dulce de leche, el arrope, la yema quemada, el quesillo de cabra  et une ravissante variété de sucreries régionales. L’infusion caractéristique est le maté – partagé avec ses voisins latino-americains du Sud – de préférence le « cimarron » (amer), et ses variantes : sucré, cuit, au lait et “tereré” (froid) . Les boissons traditionnelles sont le vino patero, la aloja y la chicha  (ces dernières dans les provinces du Nord-ouest).

Read Full Post »

L’apparition du « choripán » ou « chori » date du  milieu du XIXe siècle  quand les gauchos prennent l’habitude de manger  le chorizo dans un pain au moment de faire le “asado” . Ce nouveau type de sandwich et arrivé aux centres urbains du pays et est devenu  très populaire en Argentine.  Personne ne saurait que deux siècles plus tard cet aliment ferait partie du Fast Food de chauffeurs de taxi, remiseros ou de toute personne qui veut jouir de ce mets ravissant et peu nutritif.

Depuis 1930, la vente ambulante de « choripanes » fait partie du folklore qui entoure les matchs de football dans les ligues argentines et est aussi très populaire dans les centres touristiques et les promenades.

Pourquoi “choripan”? : “chori” pour chorizo, soit une saucisse composée principalement de viande de porc – lard – sel – épices et un peu de sucre, cuisinée dans la “parrilla” (barbecue). “Pan” pour du bon pain frais et croustillant.

En outre le casse-croûte ne vaut pas la peine s’il n’est pas accompagné du « chimichurri »,   une sauce assez liquide (marinade) typiquement argentine et très populaire. Le chimichuri est très légèrement piquant et est utilisé principalement pour accompagner la viande grillée. Il existe de nombreuses recettes, mais l’ingrédient de base est une huile et/ou un vinaigre dans lequel le cuisinier ajoute plein de condiments (thym, origan, piment rouge, ail, oignon, laurier, poivre noir…). Tous les ingrédients solides doivent être émiettés au maximum. Puis on laisse la préparation macérer au minimum 15 jours.

Si vous passez a Buenos Aires …surtout ne ratez pas l’occasion de decouvrir ce qu’est le Choripan .

Et….. Bon appetit!!!!

Read Full Post »

Avec des cérémonies du souvenir à Buenos Aires et sur tout le territoire national, l’Argentine entend commémorer avec une solennité particulière, ce vendredi 2 avril, le vingt-huitième anniversaire de la guerre des Malouines. Comme à l’accoutumée, la principale manifestation aura lieu à Ushuaia, la capitale de la Terre de Feu, province qui inclut, d’après la loi et les manuels locaux, les Malouines et les autres îles de l’Atlantique Sud  dont la souveraineté est toujours revendiquée par les Argentins. Non sans argument, puisque ces territoires faisaient partie du vice-royaume du Río de la Plata, auquel succéda l’Argentine lors de l’indépendance en 1816. Mais l’autorité de Buenos Aires n’a pu s’y exercer de manière effective que durant dix-sept ans, en raison de l’occupation militaire des Malouines par le Royaume-Uni en 1833, puis durant les 74 jours du conflit de 1982 (2 avril – 14 juin).

Selon l’article 1 de la Loi 26.110, le 2 avril est établi comme le Jour du Vétéran et de ceux tombés dans la Guerre des Malouines et jour férié en Argentine.

Le 2 avril 1982, des centaines de jeunes presqu’adolescents, qui effectuaient le service militaire obligatoire ont été débarqués dans les Iles Malouines.

La Guerre avait commencé comme une stratégie de plus du plan génocide porté en avant par la dictature et utilisée pour se perpétuer dans le pouvoir

Pour ces jeunes le froid, la faim, l’abandon.

Dire “ Malvinas ” peut signifier dire Galtieri, Astiz, Menéndez, souveraineté, dépendance, complicités, lâcheté, tristesse, tranchée. Mais jamais manque de mémoire.

La défaite des Forces Armées argentines aux Malouines a contribué à la chute de la junte militaire et à la transition démocratique.

Le retour des combatants passsé sous silence par une défaite veut persister à travers les années. Nous avons ici un compromis : protéger la mémoire des  « pibes » de Malvinas en rendant propice l’autre mémoire et en composant depuis le passé un lien avec le présent.

Read Full Post »

L’histoire du réseau ferroviaire argentin a commencé dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le premier à rendre des services à la population a été le Chemin de fer de l’Ouest, que couvrait le trajet entre Plaza Lavalle et Floresta, dans la ville de Buenos Aires. Le croquis initial avait une disposition d’éventail, avec des têtes dans la capital, à Buenos Aires (Chemin de fer du Sud) et à Rosario (Chemin de fer Central). La branche Buenos Aires au Pacifique (BAP) et celui de l’Ouest arrivaient au pied des Andes.

La plus grande partie de l’étendue ferroviaire argentine a été construite entre 1870 et 1914 avec des capitaux anglais, français et argentins. L’Argentine est arrivée à se placer en 10º position dans le monde, avec approximativement 47.000 kilomètres. Ce moyen de transport a été moteur du développement et du peuplement du pays et il a donné naissance à de nombreuses installations urbanisées. À partir de 1946, le réseau étendu est passé dans sa totalité à des mains de l’État, patrimoine qui a été perdu tout au long de décennies successives suite au passage aux entreprises privées.

Actuellement, le réseau ferroviaire argentin possède une extension de 34.059 Km, avec trois largeurs de voies. Suite aux dernières privatisations, dans quelques régions du pays le service s’est  interrompu.
Les lignes nationales sont :
• Ferrocarril Nuevo Central Argentino, qui relie Buenos Aires avec Rosario, Santa Fé, Córdoba, Tucumán, Río IV et Santiago del Estero ;

• Ferrocarril de Buenos Aires al Pacífico, qui communique la Capital Fédérale avec Junín, Rufino, San Luis, Mendoza, San Juan, San Rafaël et le port de Rosario ;

• Ferrocarril Ferrosur Roca, qui relie Buenos Aires, Necochea, Quequén, Tandil, Olavarría, Bahía Blanca, Neuquén et Zapala ;

• Ferrocarril Ferroexpreso Pampeano, qui relie les ports de San Martín-Rosario avec Bahía Blanca ;

• Ferrocarril Mesopotámico S.A, qui relie les Provinces de Buenos Aires, Entre Ríos, Corrientes et Misiones ;

• Ferrocarril General Belgrano S.A, qui communique Buenos Aires avec Rosario, Santa Fé, Córdoba, Resistencia, Salta, Jujuy, Tucumán, Catamarca, San Juan et Mendoza, outre la localité de Salta avec Formosa.

Quant aux pays limitrophes, le Ferrocarril Belgrano S.A permet la communication de charges avec le Chili et avec la Bolivie. Pour sa part, le Chemin de fer Mesopotámico (ex Urquiza) permet le transit envers l’Uruguay , le Brésil  et  le Paraguay.

Les chemins de fer métropolitains de Buenos Aires sont entre les mains de plusieurs entreprises privées (lignes Urquiza, Sarmiento, Mitre, San Martín, Belgrano Sur, Belgrano Norte et Roca). Il existe en outre une ligne à caractère touristique, appelée Train de la Costa, qui relit Olivos avec Tigre.

Read Full Post »