Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2010

Prendre des  matés est une tradition enracinée en Argentine. La cérémonie du maté nous parle de valeurs comme l’amitié, la solidarité et l’union.

C’est le rituel de l’amitié, de la modestie de celui qui prépare le meilleur maté, la certitude d’une ronde dont on connaît le début mais pas la fin. C’est la générosité de l’invitation. C’est l’obligation de dire « merci », au moins une fois par jour, quand on veut transmettre à celui qui l’offre qu’on n’en veut plus et une façon de manifester la reconnaissance pour l’invitation.

C’est l’attitude de l’attente, de la rencontre, c’est le goût d’une discussion franche et loyale sans autre prétention que le partage.

Pour tout ceci, un maté n’est pas seulement un maté, c’est toujours de l’amitié.

Le langage du maté:

Maté amer: Indifférence.

Maté sucré: Amitié

Maté très sucré: Intérêt. (Parle à mes parents pour me demander en mariage)

Maté très chaud: Je meurs d’amour pour toi.

Maté froid: Mépris.

Maté avec de la canelle: Tu occupes toutes mes pensées

Maté au zeste d’orange: Viens me chercher.

Maté avec du café: Je te pardonne.

Maté avec de la mélasse : Ta tristesse me fait de la peine.

Maté avec du lait : Respect.

Maté bouillant: Je te hais.

Maté bouché: Ne reviens plus.

Maté écumeux: Affection vraie.

Et pour accompagner les matés je recommande les traditionnels “bizcochitos” et  “cuernitos de grasa”.

Publicités

Read Full Post »

Hier soir a eu lieu la cérémonie de réouverture du Teatro Colón fermé pendant trois années pour travaux  de restauration.

La célébration a commencé à 19.30 hs. avec la projection en 3D (système mapping) sur la façade postérieure du théâtre – sur la rue Cerrito- d’un documentaire historique-musical, qui a parcouru les moments les plus importants de l’histoire du théâtre avec des images d’archive et des entrevues à des personnalités de la culture mondiale. La projection a été accompagnée par le travail de cent artistes sur une scène installée devant cette façade postérieure du théâtre.

Dans l’intérieur du Théâtre plus de 2000 personnalités argentines et internationales, invités privilégiés pour cette occasion,  ont assisté à une représentation de l’acte III du Lac des Cygnes de Tchaikovsky sous la direction du chef Javier Logioia Orbe avec une chorégraphie dirigée par Lidia Segni suivie de  la représentation de l’acte II de l’opéra La Bohème de Puccini sous la direction de Stefano Ranzani et avec l’interprétation de la soprano Virginia Tola.

La fête continuera  aujourd’hui avec des activités et des récitals dans les différentes scènes installées sur l’Avenida 9 de Julio.

Read Full Post »

Perdus pendant des années, ils ont fait leur réapparition au moment opportun. Hier, pour l’ouverture de la Fête du Bicentenaire, on a exhibé pour la première fois l’Acte de convocation au Conseil Municipal Ouvert (Cabildo Abierto) du 25 Mai 1810 ainsi que les pétitoires populaires exigeant la formation d’une nouvelle Assemblée de Gouvernement.

Les documents font partie de l’exposition Huellas de la Revolución (Traces de la Révolution),  qui depuis aujourd’hui peut être visitée dans le Museo Histórico Nacional.   Dans chaque feuille, apparaissent des signatures de personnages célèbres de l’Histoire Argentine : Cornelio Saavedra, Domingo French et Juan Jose Castelli parmi d’autres.

Le document le plus important est sans doute le pétitoire populaire exigeant la formation d’une nouvelle Assemblée de Gouvernement  avec la signature de  409 voisins de Buenos Aires et présenté au “Cabildo” (Conseil Municipal) – par alors l’organe politique maximal-  Dans la place, une multitude soutenait ce  pétitoire. C’est par la pression de ces voisins que le Conseil Municipal a fini par accepter les conditions et  la Première Assemblée s’est formée.

Parmi les objets exhibés au public il y a  la boîte à cigares de Mariano Moreno, secrétaire – avec Juan Jose Paso– de cette Première Assemblée,  une des 450 invitations envoyées à ceux qui ont intégré le Conseil Municipal Ouvert et les documents exigeant l’abdication du Vice-roi Cisneros.

L’exposition  inclut aussi le drapeau de “ Macha”. Il s’agit du drapeau le plus ancien qui aurait appartenu à “el Ejército Auxiliar del Alto Perú” commandé par  Manuel Belgrano.

Read Full Post »

Le mystère est dévoilé et l’entraîneur de la sélection argentine de football, Diego Armando Maradona, a fait connaître la liste définitive des 23 joueurs qui conformeront l’équipe pour la Coupe du Monde 2010.

Les 23 sélectionnés :

Gardiens de but: Romero, Andújar, Pozo

Défenseurs: Demichelis, Samuel, Heinze, Garcé, Clemente Rodríguez, Burdisso, Otamendi.

Milieux de terrain: Mascherano, Di María, Verón, Pastore, Maxi Rodríguez, Jonas Gutiérrez, Bolatti.

Attaquants: Messi, Tévez, Higuain, Agüero, Diego Milito, Martín Palermo.

¡Vamos, vamos Argentina, vamos, vamos a ganar!

Read Full Post »

Pour ceux qui veulent comprendre les Argentins au moment de s’exprimer en langage familier voici d’autres expressions:

Si je dis “ es un buchón” , je parle d’un mouchard.

Si je dis “es un pibe copado”, je dis “c’est un gars sympa”

Si je te dis “dame bola por favor”, je te demande de m’écouter, de faire attention à ce que je dis.

Si je dis “ es groso “, je dis c’est génial.

Si je dis “es un tarado, un idiota” , je veux dire c’est un imbécile.

Si je vais à “la pileta”, je vais à la piscine.

Si je dis “los chicos se ratearon”, je veux dire les enfants ont fait l’école buissonnière.

Si je te dis “sos un dulce, sos amoroso”, je te dis tu es un doux, tu es adorable.

Si je dis “se borró”, je veux dire il s’est effacé, il a disparu.

Si je te dis “sos un careta”, je veux te dire que tu es hypocrite.

Si je te dis “¡cortala!” , je te dis arrête!

Si je te demande “¿me estás cargando?”, je veux savoir si tu te moques de moi.

Si je te dis “aguantame un cacho” , je te demande de m’attendre quelques minutes.

Et si je te dis “¡ che ! , je ne parle pas du Che Guevara, simplement j’utilise cette interjection  très argentine pour attirer ton attention.

À lire: Posts du 16 mai 2009 et du 28 janvier 2010 (Je ne comprends pas)

Read Full Post »

Ce dessert typiquement argentin consiste à superposer une tranche de fromage Mar del Plata ou fromage frais à une autre de dulce de membrillo (pâte de coing)  ou dulce de batata (pâte de patate douce).

Dans le nord d’Argentine il acquiert des caractéristiques régionales et les ingrédients changent :  le fromage devient de chèvre et la pâte de fruits peut être  de cayote, de “tuna” ou de papaye, c’est-à-dire que le nom porteño « vigilante»  est nettement transformé en  « queso y dulce».

La tradition dit qu’il serait né en 1920, dans un modeste restaurant de Palermo Viejo, quartier porteño habité à cette époque-là par des “compadritos” et “malevos”. Cette “cantina” était très fréquentée par les policiers du commissariat  qui entre ronde et ronde y prenaient leurs repas rapidement. Puisque les caractéristiques de ce plat permettaient de le manger debout et sans couverts, il est devenu un classique parmi eux. Le dessert a été baptisé “vigilante”, nom du langage familier utilisé à cette époque pour désigner les agents de sécurité.

Rapidement popularisé surtout parmi les travailleurs, ce dessert argentin a été ensuite adopté par tous les secteurs, même par les intellectuels les plus illustres.  Dans son livre “Borges a contraluz”, l’écrivain argentine Estela Canto  raconte que le grand auteur argentin, aux goûts culinaires très simples, commandait généralement un menu composé de bifteck, de salade et comme dessert “queso y dulce”.

Read Full Post »

Les 200 ans de la Révolution qui a préparé la voie pour l’indépendance argentine seront fêtés pendant toute l’année et dans tout le territoire du pays avec différentes activités et inaugurations qui prépareront le terrain pour la grande festivité qui aura le 25 mai 2010 comme acte central.

Dans l’agenda du site officiel du Bicentenaire sont détaillées toutes les activités programmées.

Synthèse de la Révolution de Mai 1810.

La Révolution de Mai fut le processus historique qui entraîna la rupture des liens coloniaux avec l’Espagne en 1810 et ouvra le chemin de l’indépendance du pays le 9 juillet 1816. Les évènements de Mai ne firent que cristalliser un mouvement émancipateur cherchant depuis 1806, une plus grande participation politique et économique des créoles. Ainsi, le 22 mai 1810, après ll’arrivée des nouvelles de la chute de la couronne espagnole entre les mains des français, les créoles convoquèrent à un  “Cabildo Abierto” (Conseil Municipal Ouvert) qui dut être accepté par le Vice-roi Cisneros, représentant de l’Espagne dans le pays. Après quatre jours de débats et de révoltes, les intégrants prirent la décision de conformer une Assemblée créole qui assumerait le Gouvernement de la Nation tant que la Couronne espagnole était libérée de la domination française. Ainsi, le gouvernement populaire fut formé par des intellectuels et militaires créoles qui luttaient depuis des années pour la révolution indépendantiste : Cornelio Saavedra, Juan Jose Castelli, Manuel Belgrano, Miguel d’Azcuénaga, Manuel Alberti, Domingo Matheu, Juan Larrea, Juan Jose Paso et Mariano Moreno. À partir de ce fait, la lutte pour l’indépendance fut un chemin inévitable aboutissant au Congrès de Tucuman du 9 juillet 1816.

http://www.bicentenario.argentina.ar

Read Full Post »

Older Posts »