Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2010

Le bon “cebador” de maté (celui qui le prépare) sait quelles sont les règles à suivre pour obtenir un maté parfait. Pour celui qui ne les connaît pas, voilà cette liste de ce qu’il ne doit jamais faire s’il veut que les autres “cebadores” le respectent.

1. Ne pas utiliser de sucre ni de l’édulcorant. Ceci est un péché mortel. Le maté est amer, et point. Toute autre variante va à l’encontre de cette boisson qui est robuste et savoureuse telle que la nature nous l’offre.

2. Ne pas remuer la bombilla (la paille). La bombilla ne doit pas être utilisée pour soulever “la yerba”. On ne touche pas à la bombilla.

3. Ne jamais souffler la bombilla. Quand le maté est dur, il y a des gens qui  soufflent la bombilla pour améliorer le transit de la boisson mais il n’y a rien de plus désagréable ni inconsidéré.  Ceci pourrait la remplir de microbes que les autres ne doivent pas absorber.

4. Ne jamais préparer les matés avec de l’eau bouillie. L’eau bouillie risque de brûler la yerba et de la rendre amère.  Un bon “cebador” est toujours attentif à la température de l’eau qui ne doit jamais bouillir.

5. Ne pas couper le maté avec de l’eau froide du robinet. Le chlore de l’eau courante  diminue la saveur du maté. Si l’eau est très chaude il faut la laisser refroidir.

6. Ne jamais offrir un maté froid. Ceci est un signe de dédain. Si l’eau refroidit, le cebador reprend l’opération dès le départ, il réchauffe l’eau, renouvelle la yerba et recommence une nouvelle ronde.

7. Ne jamais reutiliser la yerba. Quand un maté a déjà donné toute la saveur de la plante, la yerba ne sert  plus.  Il faut vider complètement le récipient et le remplir de yerba une fois de plus.

8. Ne pas faire d’ incursions dans des mélanges new age. Qu’est-ce que c’est  cela de combiner le maté avec de la menthe ou  de l’écorce d’orange ou de citron? Le maté a déjà sa saveur vigoureuse. Si vous n’en êtes pas satisfait il suffit de changer de marque de yerba.

9. Ne jamais voler le maté d’un autre. Dans une ronde de “materos” (buveurs de maté) le maté passe par plusieurs mains et aucun n’a le droit de couper le trajet et de voler la place d’un autre. C’est une grande offence qui aux temps de gauchos était résolue avec le “facón” (couteau).

10. Ne laisser pas des mies dans la bombilla. Si  nous savons tous que le maté est une coutume considérée par certains comme peu hygiénique, nous devons veiller au rite pour ne pas le rendre plus dégoûtant. Si on prend du maté avec des biscuits, avant de boire il faut se nettoyer la bouche.

Publicités

Read Full Post »