Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Art argentin’ Category

Dans l’ancien quartier de Barracas, la Rue Lanín d’à peine 300 mètres apparaît comme une explosion de couleurs parmi les gros murs gris qui l’entourent.

A l’initiative de l’artiste plastique Marino Santa María, a pris forme celui qui est peut-être le seul projet d’art public de la ville. Dans ces murs les figures abstraites de couleurs fortes se mélangent avec l’esprit de faubourg qui subsiste encore dans ses alentours.

Les 40 façades de la rue Lanín sont déjà passées par la brosse de Santa María et d’autres artistes plastiques argentins.

Le peintre Marino Santa María est né en 1949 dans le quartier de Barracas. Son père – Marino Pérsico – était un peintre et céramiste reconnu vers le milieu du XXe siècle. Dans les années 90,  Santa María  a peint une de ses oeuvres sur la façade de son atelier, au 33 rue Lanín. L’idée a été très bien accueillie par les voisins, qui peu à peu lui ont demandé de peindre aussi les façades de leurs maisons. L’artiste a obtenu le financement et la participation du gouvernement porteño, l’UNESCO et le Musée National de Beaux Arts pour la réalisation de son projet de peindre 40 maisons le long des trois cent mètres de la rue Lanín.

L’oeuvre a demandé deux années de travail et la participation  de plus de vingt  personnes entre maçons et peintres. Les 40 façades ont été lavées, ravalées et finalement peintes avec de la peinture synthétique.

http://www.marinosantamaria.com/pasaje_lanin_calle_marino_santa_maria.htm

Publicités

Read Full Post »

Helmut Ditsch est parti du pays à la fin des années 80, déçu par les galeries d’art et les critiques.  Maintenant il veut retourner avec le mérite d’être devenu l’artiste argentin le plus cher de l’histoire. L’académie locale reste sceptique par rapport à la valeur de ses oeuvres, des paysages monumentaux et hyperréalistes . Et lui, qui sait de ce dédain, en rit  tandis qu’il exhibe le contrat de vente de « La Mer II » en US$ 865.000 dollars.

Helmut, de 48 ans, explique que cette vente coïncide avec un moment personnel très triste. Marion, son épouse pendant presque vingt ans, vient de mourir d’un cancer. « Elle a été très importante dans ma carrière et spécialement dans la production de » La Mer « . Elle est tombée malade pendant que je peignais ce tableau et un peu de cette tristesse y est présente « .

Quelques milliers de fortunés ont pu voir « La Mer II » en 2006 dans la Foire du Livre. Malheureusement  très peu de l’oeuvre de Helmut est passée par l’Argentine. Il en a fait  une exposition en 2001, dans le Musée National de Beaux Arts. Aujourd’hui, la majorité de ses tableaux se trouvent dans des édifices gouvernementaux et des entreprises de l’Irlande,  l’Espagne,  l’Allemagne,  l’Italie,  l’Angleterre,  l’Autriche et le Chili.

http://www.helmut-ditsch.com

Read Full Post »

Buenos Aires est une ville où on peut trouver des bâtiments regorgeant d’histoire. La parcourir implique être submergé  dans l’originalité de son architecture.  Cette ville puissante qui regardait vers l’Europe mais à la fois construisait son identité a eu le moment clef  de sa conformation à la fin du XIXe et débuts de du XXe siècles.

Situé sur l’Avenida de Mayo 1370, le Palacio Barolo fut construit par l’architecte italien Mario Palanti en 1922 pour un chef d’entreprise textile important, Luis Barolo, qui installa la première filature de laine peignée du pays et qui produisit de célèbres cachemires.

Bâti en ciment armé, pour sa hauteur de l’époque — 100 mètres — une autorisation spéciale pour sa réalisation dut être sollicitée et produit des polémiques, parce qu’il rompait l’unité architectonique qui avait été prévue pour l´Avenue.

D’inspiration expressionniste, pour la structure du béton armé du Barolo, on utilisa une technique d’avant-garde, adéquate à sa typologie de gratte-ciel, qui soutient un bâtiment d´une forte charge symbolique, conçu comme un temple médiéval, rempli d’allusions cosmiques, alchimiques et religieuses.

Palanti était un étudiant de Dante Alighieri et son bâtiment fait bien référence à la Divine Comédie. Comme dans le poème, la division générale du bâtiment est faite en trois parties: Enfer, Purgatoire et Ciel. Il y a neuf hiérarchies infernales: neuf caves d’accès au bâtiment, qui représentent les premiers pas. Le phare a 300 mille bougies et représente les neuf choeurs angéliques et la rose mystique. Sur le phare il y a la constellation de la Croix du Sud, que l´on voit alignée avec l’axe du Barolo dans les premiers jours de juin, précisément à 19h45. Il y a 100 chansons de la Divine Comédie, ainsi que cent mètres de haut pour le bâtiment.

Le poème a 11 ou 22 strophes, les étages de l´édifice sont divisés en 11 modules sur le devant, et 22 modules de bureaux. Il y a 22 étages de hauteur. Ces nombres représentent des symboles sacrés : la proportion 22/7 exprime la relation des numéros de la proportion entre la circonférence et son diamètre. L’ensemble de ces nombres représente le cercle qui est la figure parfaite de Dante.

La construction postérieure de l´édifice Kavanagh laissa le Barolo au deuxième rang des bâtiments les plus élevés de la ville. Cependant, par ses caractéristiques essentielles et par sa beauté architectonique, le Barolo est encore un symbole de Buenos Aires.

http://www.pbarolo.com.ar

Read Full Post »

Si vous voulez apprecier l’Argentine dans tous ses aspects, vous devez regarder les photos d’ Aldo Sessa.

Ce photographe argentin mondialement reconnu est une fabrique d’images inoubliables et dont la source est intarrissable. Sa passion, son intuition et sa vision l’ont transformé en quelque trente années à  la tête de Sessa Editores en portraitiste de l’Argentine. Avec 250 expositions et 30 livres d’Art, il gratifie l’Argentine en photographiant ses monuments naturels et les beautés de ses paysages.

Les sites d’Aldo Sessa:

http://www.aldosessa.com.ar

http://www.sessaeditores.com.ar/web

http://www.aldosessaphotogallery.com

Read Full Post »

Belgrano est un des quartiers les plus résidentiels et élégants de Buenos Aires.

Il est chargé de culture, tradition et histoire, avec des hôtels particuliers et des villas traditionnelles dont la plupart du XIXe siècle, qui devinrent des consulats et des ambassades diplomatiques. A partir des années 1960-70, on construisit un grand nombre d’immeubles moyens ou hauts, avec services et commodités (piscines, installations sportives) pour les résidents.

En vous promenant dans ses rues vous pouvez apprécier des monuments, des musées, des bibliothèques et des places magnifiques, dessinées par l’architecte français Carlos Thays.

Les terrains de l’actuel quartier de Belgrano s’appelaient “La Calera” (Carrière de pierre à chaux)  puisqu´il y existait à l’époque un établissement destiné à l´extraction de la chaux, avec laquelle on construisit les premières églises de la ville. Il fut baptisé avec le nom « Belgrano » en honneur au créateur du drapeau en 1812, le Général Manuel Belgrano (1770-1820) militaire et homme politique argentin qui participa à la « Primera Junta » du gouvernement de 1810 et qui dirigea le fameux « Ejército del Norte » en 1816.

L´élégant quartier se divise en trois zones:  Bajo Belgrano, Belgrano C et Belgrano R.

L’église “Inmaculada Concepción” de style Néo-classique,  populairement appelée “la Redonda” (église ronde) par sa forme circulaire,  est un des emblèmes du quartier de même que la place située en face, lieu de rencontre des artisans porteños pendant le week-end.

http://www.inmaculada.org.ar/

http://www.mibelgrano.com.ar/historia.htm

Read Full Post »

cuadros 2009 009

Le jeudi 28 Mai aura lieu une expérience intéressante pour ceux qui aiment la peinture.

Les peintres MARCELA CORTI et ISABEL MACKINLAY ouvriront les portes de leur atelier pour vous y accueillir. Mais, ce ne sera pas une exposition traditionnelle. Avec la compagnie d’ un bon vin et d’une excellente  musique  vous pourrez les voir travailler avec leurs pinceaux et leurs huiles et échanger des opinions sur leurs oeuvres.

Vous aurez aussi la possibilité d’acheter des oeuvres à de vrai prix d’atelier.

A ne pas perdre !!

Jeudi 28 Mai , à partir de 19.30 hs – Av.Corrientes 1985 – 5º piso Dpto. J – Buenos Aires.

Read Full Post »

arte ba

La 18e édition de la Foire d’Art Contemporain de Buenos Aires (ARTE BA) ouvrira ses portes aujourd’hui et jusqu’au 26 Mai.

La ville de Buenos Aires offre en même temps la beauté architecturale de son passé, l’excitante vie nocturne d’une ville cosmopolite et la sensualité et cadence de ses racines latinoaméricaines.

Ces caractéristiques se combinent en une intense production artistique dans le circuit des musées, centres et galéries d’art .

La Foire d’Art Contemporain ARTE BA, l’événement culturel le plus fréquenté de la ville et le plus important de l’Amérique Latine, réunit cette énergie et devient un pôle d’attraction touristique et centre d’affaires.

Dans cet espace les galéries exhibent leurs meilleurs oeuvres d’art latinoaméricain et offrent à leur public la rencontre avec des pièces de collection ainsi que de nouvels  espaces de la région présentent les jeunes artistes créateurs des nouvelles tendances, difficiles à trouver dans d’autres foires.

Dates d’ouverture: Du 22 au 26 Mai 2009

Horaires : De 13 à 22 hs.

Entrées : $25

http://www.arteba.org

Read Full Post »

Older Posts »