Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Saveurs’ Category

picada (1)La « picada » est une des traditions gastronomiques argentines qui est toujours présente avant un bon asado ou tout simplement l’excuse parfaite pour se réunir entre amis.

Le nom « picada » vient du verbe « picar » c’est-à-dire prendre l’ingrédient que l’on veut manger.

De caractéristiques similaires aux tapas espagnoles, cet apéritif national est présenté sur une ample planche en bois . Les picadas peuvent être composées de quatre ou cinq ingrédients mais il y en a qui par leur abondance,  remplacent tranquillement un dîner ou un déjeuner .

L’accompagnement incontournable est le pain et bien sûr un bon vin rouge argentin ou une bonne bière.

Pour ce genre d’apéritif il n’y a pas de recette stricte Tous les bars, brasseries et restaurants argentins la servent d’après leur goût et les produits disponibles dans la région.

picada-antipasto_thumbIngrédients :

Charcuterie : jambon cuit,  jambon cru, salami, mortadelle, saucisses.

Fromages : roquefort, mozzarella, brie, camembert, gruyère, «  mar del plata »

Olives : vertes et noires.

Snacks : chips, arachides salées

Ingrédients gourmet :

Tomates sèches, fruits secs (noix, amandes, pistaches), anchois, sardines, pickles, champignons, oeufs durs de caille, etc.

Read Full Post »

La Chocotorta est un gâteau de la  pâtisserie argentine toujours présent dans les Imagenanniversaires des petits et des grands.  C’est une combinaison explosive de biscuits secs au chocolat et le traditionnel dulce de leche (confiture de lait) parmi d’autres ingrédients. De préparation rapide et facile, elle est à la fois succulente et peu onéreuse.

Ingrédients

–          320 gr de « queso crema » (crème de fromage ou fromage blanc)

–          500 gr de « dulce de leche » (confiture de lait)

–          400 gr de « chocolinas » ( biscuits secs au chocolat)

–          1/2 tasse de café noir

–          Du chocolat pour décorer

Préparation

– Dans un bol, mélangez le fromage et la confiture de lait jusqu’à l’obtention d’une texture homogène.

– Préparez le café et laissez-le tiédir dans une tasse.

Imagen – Trempez un à un les biscuits secs au chocolat dans le café et tapissez le fond      d’un moule rectangulaire avec les biscuits imbibés dans le café.

– Recouvrez d’ une couche du mélange de crème de fromage et confiture de lait.

– Recommencez l’opération jusqu’à l’épuisement des biscuits. Quatre ou cinq couches devraient suffire.

– Pour terminer, recouvrez, du mélange de dulce de leche et de crème de fromage .

– Décorez de chocolat râpé.

– Mettez la chocotorta au réfrigérateur pendant au moins trois heures.

Dégustez, vous ne résisterez pas !!!

Read Full Post »

Cette recette, très simple et nutritive est un classique de la cuisine « fait maison » d’Argentine. Elle trouve son origine dans la campagne quand les gauchos cuisinaient leur repas sur un disque de charrue posé sur du feu ou des braises.

Ingrédients

1/2 kg de viande de bœuf maigre (en fines tranches)

1/2 kg de pommes de terre

2 oignons

2 poivrons rouges

3 tomates

2 cuillerées de beurre

2 cuillerées d’huile

1 tasse de bouillon

2 feuilles de laurier

Sel, poivre, thym, origan

 Préparation

Enlever les parties de graisse plus visibles de la viande.

Eplucher et découper en rondelles les pommes de terre, les oignons et les poivrons. Découper en rondelles les tomates.

Dans une cocotte verser l’huile et le beurre. Y mettre par couches les ingrédients dans l’ordre suivant :  viande, oignons,  pommes de terre, poivrons, viande, etc. Saler, poivrer et ajouter les aromates dans chaque couche.  Y verser le bouillon.

Couvrir et laisser cuire à feu très doux jusqu’à ce que la sauce se réduise et que la viande soit bien tendre, 30 minutes environ.

N’oubliez pas de tremper le pain dans la sauce….. c’est permis !

Read Full Post »

La Milanesa est une mince tranche de viande de boeuf trempée dans des oeufs battus assaisonnés de sel, de persil et d’ail puis passées dans de la chapelure et frite ou cuite au four. Par extension, on appelle milanesa à toute tranche fine de n’importe quel ingrédient préparée de cette manière. Il y a donc des milanesas de poulet, de poisson, de soya, d’aubergines, etc.

Son origine est incertaine. Les Autrichiens, les Allemands et les Italiens se disputent son invention depuis plus de trois siècles pourtant son nom espagnol provient de la ville de Milan (Italie) . Cette recette serait arrivée en Argentine au  XIXe siècle pour devenir un plat typique de la cuisine “Rioplatense”.

Elle est consommée accompagnée de salade de laitue, tomates et oignons ou “milanesa a caballo” c’est-à-dire servie avec des frites et d’un ou deux oeufs frits. Il y a aussi le “sandwich de milanesa” : milanesa, des feuilles de laitue, des rondelles de tomate et de la mayonnaise.

La “milanesa ala Napolitana” est une variante argentine créée dans un restaurant des années 40 appelé “Napoli” . La différence avec la milanesa est qu’elle est couverte de sauce tomate, jambon cuit et mozzarella. Sa cuisson se termine au four pour que le fromage se fonde et se gratinne.

Recette

Ingrédients

–  ½ kilo de viande de boeuf  ou de veau coupée en fines tranches.

–  2 oeuf

–  ½ kg de chapelure

–  2 gousses d’ail

–  2 cuillérées de persil haché

–  sel

–  Huile pour la friture

Préparation:

– Enlever la graisse qui pourrait avoir la viande.

– Eplucher les gousses d’ail et les hacher.

– Casser les oeufs dans un bol et y ajouter l’ail et le persil. Saler.

– Tremper les tranches de viande dans la préparation d’oeufs puis panner-les des deux côtés avec  la chapelure.

– Dans une poêle, faites chauffer l’huile, puis déposez-y les milanesas. Faire frire des deux côtés  jusqu’à ce qu’elles soit dorées.

Pour les milanesas a la napolitana:

– Couvrir chaque milanesa déjà cuite avec de la sauce tomate, une tranche fine de jambon cuit et de la muzzarella.

– Faire gratinner au four.

Read Full Post »

A l’époque coloniale beaucoup de familles modestes avaient une entreprise familière dont les revenus servaient à couvrir leurs besoins basiques.  Il y en avaient qui confectionnaient des cigares, des tissus et des repas typiques qu’elles vendaient dans les rues de la ville.

Très tôt le matin on entendait les vendeurs ambulants offrant leurs produits : des bougies, des balais, de l’eau, du lait, des empanadas, etc. Après le long  parcour des rues de Buenos Aires, ils s’installaient sous les arcades de la “Plaza Mayor”.

Les pastelitos étaient sur la longue liste de préparations faites à la maison vendues dans les rues et spécialement élaborées pour les fêtes nationales.

Aujourd’hui, les pastelitos font partie du folklore national des Argentins, sont un des accompagnements parfaits du maté et  sont toujours présents dans les célébrations des fêtes nationales.  Bien que le pastelito traditionnel soit fourré de confiture de coing (dulce de membrillo) il y en a aussi à la confiture de patate douce (dulce de batata).

Recette

Ingrédients:

Pour la pâte feuilletée:

. 500 g de farine

. 150 g de beurre

. 150 g de beurre pour le beurrage

. 1 tasse d’eau

. 1 pincée de sel

. 500 g de confiture de coing

. de l’huile à frire

. 400 g de sucre.

Mélangez la farine avec le sel et la disposer en couronne. Mettez au centre le beurre (150 g) coupé en dés et commencez a former la pâte en y ajoutant de l’eau doucement. Laissez reposer 20 minutes.

Etalez la pâte à 1 cm d’épaisseur. Posez dessus 50 g de beurre ramolli et pliez en trois. Etalez la pâte une deuxième fois et répétez l’opération avec 50 g de beurre, pliez en trois. Laissez reposer au frigo pendant 30 minutes.

Etalez la pâte froide à 3 mm d’épaisseur et détaillez des carrés de 8 cm . Deux carrés de pâte seront nécessaires pour chaque pastelito. Disposez un cube de confiture de coing sur une portion de pâte et couvrez avec une autre faisant attention que les pointes du carré inférieur ne coïncident pas avec celles du carré supérieur pour former ainsi une étoile à 8 pointes.  Avant de couvrir mouillez les bords avec de l’eau pour bien les souder.

Faire frire les pastelitos dans de l’huile et saupoudrez-les de sucre.

C’est croustillant et moelleux… que c’est bon !!!

Read Full Post »

La provoleta, fromage provolone grillé au barbecue est une entrée ou accompagnement classique de l”Asado argentino”. Il faut dire que la vraie provoleta est une marque d’origine appelée “Queso provolone hilado argentino”.

Voilà quelques astuces de la cuisson  pour qu’elle conserve sa forme et soit croustillante à l’extérieur et moelleuse à l’intérieur.

Il faut sortir le fromage du frigo quelques heures à l’avance pour qu’il durcisse un peu. De cette façon il y aura une fine couche qui maintiendra la forme et deviendra croustillante sur les braises.

On pose la provoleta sur le barbecue loin de la chaleur forte des braises. Dépendant de la qualité du fromage, en 15 minutes on obtient la cuisson juste des deux côtés pour qu’elle soit dorée et moelleuse.

On la sert sur une assiette arrosée d’huile d’olive et garnie d’origan, ají molido (poivron rouge moulu) et thym.

Le convive doit attendre la provoleta et pas l’inverse. Elle est délicieuse très croustillante à l’extérieur et  moelleuse à l’intérieur, il faut donc la manger juste après la cuisson.

Read Full Post »

Le Matambre est la viande sous le cuir et sur les côtes de la bête qui revêtit les flancs du bovin. Il a la particularité d’être très plat et assez grand.

Le matambre relleno (rouleau farci) dont la farce varie selon l’imagination du cuisinier, est un plat typique de la cuisine traditionnelle argentine.  Ce morceau de viande seul ou préparé “à la pizza” integre aussi la fameuse parrillada argentine.

Matambre relleno:

Laisser mariner toute une nuit le flanchet de boeuf avec du vinaigre, du persil, de l’ail, de l’origan, du sel et du poivre.

Etendre la viande sur un plan de travail. Recouvrir de feuilles d’épinards, disposer des bâtons de carottes et des lamelles de poivron rouge. Placer des oeufs durs au centre en enfilade et ajoutez des oeufs battus et du fromage râpé. Roulez fermement et ficelez.

Déposez le rouleau dans une casserole et faite cuire environ 90 minutes dans du bouillon. Laisser reposer 10 minutes . Retirez et mettez le rouleau entre deux morceaux de bois et un poids dessus pour le comprimer et l’aplatir.  Enlevez les ficelles,  coupez en tranches et servez froid, nature ou avec une mayonnaise un peu moutardée.

Le Matambre accompagné d’ Ensalada Rusa (pommes de terre et carottes coupées en dés, petits-pois et mayonnaise) est un des plats typiques du Noël et du Nouvel An en Argentine.

Read Full Post »

Le “chinchulín “ forme partie des “achuras” (abats) , il peut être de boeuf, de veau ou d’agneau.  C’est  la partie première de l’intestin grêle d’environ trois mètres de long. Avant de le mettre sur la “parrilla” il est parfois coupé en rondelles ou tressé .

La majorité des connaisseurs préfère ne pas les tresser.  Certains “asadores” les trempent pendant 10 minutes dans du vinaigre ou du jus de citron  avant de les mettre sur la parrilla. Il convient de rappeler que c’est une des “achuras” dont la cuisson est la plus longue.

Il y a plusieurs manières de les griller à la braise mais c’est essentiel de les laver, les égoutter et les cuisiner à feu modéré au début puis vif jusqu’à ce qu’ ils soient dorés et croustillants. Saler à la fin.

Un vrai régal de la parrillada argentine !!!

Read Full Post »

Le bon “cebador” de maté (celui qui le prépare) sait quelles sont les règles à suivre pour obtenir un maté parfait. Pour celui qui ne les connaît pas, voilà cette liste de ce qu’il ne doit jamais faire s’il veut que les autres “cebadores” le respectent.

1. Ne pas utiliser de sucre ni de l’édulcorant. Ceci est un péché mortel. Le maté est amer, et point. Toute autre variante va à l’encontre de cette boisson qui est robuste et savoureuse telle que la nature nous l’offre.

2. Ne pas remuer la bombilla (la paille). La bombilla ne doit pas être utilisée pour soulever “la yerba”. On ne touche pas à la bombilla.

3. Ne jamais souffler la bombilla. Quand le maté est dur, il y a des gens qui  soufflent la bombilla pour améliorer le transit de la boisson mais il n’y a rien de plus désagréable ni inconsidéré.  Ceci pourrait la remplir de microbes que les autres ne doivent pas absorber.

4. Ne jamais préparer les matés avec de l’eau bouillie. L’eau bouillie risque de brûler la yerba et de la rendre amère.  Un bon “cebador” est toujours attentif à la température de l’eau qui ne doit jamais bouillir.

5. Ne pas couper le maté avec de l’eau froide du robinet. Le chlore de l’eau courante  diminue la saveur du maté. Si l’eau est très chaude il faut la laisser refroidir.

6. Ne jamais offrir un maté froid. Ceci est un signe de dédain. Si l’eau refroidit, le cebador reprend l’opération dès le départ, il réchauffe l’eau, renouvelle la yerba et recommence une nouvelle ronde.

7. Ne jamais reutiliser la yerba. Quand un maté a déjà donné toute la saveur de la plante, la yerba ne sert  plus.  Il faut vider complètement le récipient et le remplir de yerba une fois de plus.

8. Ne pas faire d’ incursions dans des mélanges new age. Qu’est-ce que c’est  cela de combiner le maté avec de la menthe ou  de l’écorce d’orange ou de citron? Le maté a déjà sa saveur vigoureuse. Si vous n’en êtes pas satisfait il suffit de changer de marque de yerba.

9. Ne jamais voler le maté d’un autre. Dans une ronde de “materos” (buveurs de maté) le maté passe par plusieurs mains et aucun n’a le droit de couper le trajet et de voler la place d’un autre. C’est une grande offence qui aux temps de gauchos était résolue avec le “facón” (couteau).

10. Ne laisser pas des mies dans la bombilla. Si  nous savons tous que le maté est une coutume considérée par certains comme peu hygiénique, nous devons veiller au rite pour ne pas le rendre plus dégoûtant. Si on prend du maté avec des biscuits, avant de boire il faut se nettoyer la bouche.

Read Full Post »

Les humitas (du quechua jumint’a) est un plat d’origine pré-colombienne à base de maïs et traditionnel en Argentine, Bolivie, Chili, Equateur et Pérou.

Le maïs râpé  est  mélangé avec du lait et une préparation de tomates, oignons et poivron rouge hâchés et cuits préalablement. On forme avec le tout une pâte qui termine d’être cuisinée dans le four. Pour la “humita en chala”, la pâte est emballée dans les feuilles de l’épi de maïs formant de petits paquets qui sont attachés et bouillis dans de l’eau.

Humita en chala

Ingrédients :

Epis de maïs ,18

Beurre, 3 cillerées
Huile, 2 cuillerées
Oignon finement haché, 3 cuillerées
Tomates pelées, sans peau, 800 gr.
Lait, ½ verre
Poivron rouge finement haché, 2.
Poivron rouge doux moulu, 1 cuillerée
Fromage râpé, 4 cuillerées
Sucre broyé, 1 petite cuillerée
Sel et poivre

Préparation

– Peler et laver les maïs en conservant les feuilles (chalas).
– Râper les maïs.
– Mettre l’huile et le beurre dans une poêle, faire mijoter l’oignon avec le poivron rouge jusqu’à ce que l’oignon soit transparent.
– Ajouter les tomates, le poivron rouge moulu, le sel et le poivre.
– Cuisiner pendant 10 minutes.
– Retirer de la cuisson.
– Ajouter le maïs, le lait, le fromage et le sucre.
– Mettre deux feuilles de maïs (chalas) en croix.
– Placer deux cuillerées de humita dans le centre.
– Entourer comme s’ils étaient des paquets.
– Attacher avec des rubans de la feuille de maïs (chala).
– Faire bouillir les humitas dans de l’eau  avec sel pendant une demi-heure.
– Servir chaud avec les feuilles de maïs (chalas).

Bon appetit !

Read Full Post »

Older Posts »