Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Transports’ Category

L’histoire du réseau ferroviaire argentin a commencé dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le premier à rendre des services à la population a été le Chemin de fer de l’Ouest, que couvrait le trajet entre Plaza Lavalle et Floresta, dans la ville de Buenos Aires. Le croquis initial avait une disposition d’éventail, avec des têtes dans la capital, à Buenos Aires (Chemin de fer du Sud) et à Rosario (Chemin de fer Central). La branche Buenos Aires au Pacifique (BAP) et celui de l’Ouest arrivaient au pied des Andes.

La plus grande partie de l’étendue ferroviaire argentine a été construite entre 1870 et 1914 avec des capitaux anglais, français et argentins. L’Argentine est arrivée à se placer en 10º position dans le monde, avec approximativement 47.000 kilomètres. Ce moyen de transport a été moteur du développement et du peuplement du pays et il a donné naissance à de nombreuses installations urbanisées. À partir de 1946, le réseau étendu est passé dans sa totalité à des mains de l’État, patrimoine qui a été perdu tout au long de décennies successives suite au passage aux entreprises privées.

Actuellement, le réseau ferroviaire argentin possède une extension de 34.059 Km, avec trois largeurs de voies. Suite aux dernières privatisations, dans quelques régions du pays le service s’est  interrompu.
Les lignes nationales sont :
• Ferrocarril Nuevo Central Argentino, qui relie Buenos Aires avec Rosario, Santa Fé, Córdoba, Tucumán, Río IV et Santiago del Estero ;

• Ferrocarril de Buenos Aires al Pacífico, qui communique la Capital Fédérale avec Junín, Rufino, San Luis, Mendoza, San Juan, San Rafaël et le port de Rosario ;

• Ferrocarril Ferrosur Roca, qui relie Buenos Aires, Necochea, Quequén, Tandil, Olavarría, Bahía Blanca, Neuquén et Zapala ;

• Ferrocarril Ferroexpreso Pampeano, qui relie les ports de San Martín-Rosario avec Bahía Blanca ;

• Ferrocarril Mesopotámico S.A, qui relie les Provinces de Buenos Aires, Entre Ríos, Corrientes et Misiones ;

• Ferrocarril General Belgrano S.A, qui communique Buenos Aires avec Rosario, Santa Fé, Córdoba, Resistencia, Salta, Jujuy, Tucumán, Catamarca, San Juan et Mendoza, outre la localité de Salta avec Formosa.

Quant aux pays limitrophes, le Ferrocarril Belgrano S.A permet la communication de charges avec le Chili et avec la Bolivie. Pour sa part, le Chemin de fer Mesopotámico (ex Urquiza) permet le transit envers l’Uruguay , le Brésil  et  le Paraguay.

Les chemins de fer métropolitains de Buenos Aires sont entre les mains de plusieurs entreprises privées (lignes Urquiza, Sarmiento, Mitre, San Martín, Belgrano Sur, Belgrano Norte et Roca). Il existe en outre une ligne à caractère touristique, appelée Train de la Costa, qui relit Olivos avec Tigre.

Publicités

Read Full Post »

1382012

Le Tren de la Costa, situé dans la province de Buenos Aires est un train touristique inauguré en 1995  qui parcourt 15,5 kilomètres en traversant d’élégants quartiers résidentiels parallèlement au Río de la Plata entre les gares Maipú, dans la localité d’Olivos (à Vicente López) et de Delta, à Tigre. Dans son trajet de onze stations ou gares, le train traverse les quartiers de Vicente López, San Isidro, San Fernando et Tigre.

Il possède l’infrastructure ferroviaire la plus moderne d’Argentine et plusieurs de ses gares ont été converties en « promenades d’achats », comprenant des locaux commerciaux, des cinémas, des restaurants et d’autres installations. Depuis le terminus, Delta, on accède facilement au Parque de la Costa qui, d’après ses propriétaires, serait le parc de divertissement le plus grand d’Amérique Latine..

La ligne comporte  les gares de Maipú, Borges, Libertador, Anchorena, Barrancas (auparavant Las Barrancas), San Isidro R, Punta Chica, Marina Nueva, San Fernando, Canal (auparavant Canal San Fernando) et Delta.

www. fr.wikipedia.org

Read Full Post »

trenLe chemin de fer austral (Ferrocarril Austral Fueguino FCAF) arrive à la Station du Bout du Monde (Estación del Fin del Mundo). Elle est située à 8 km à l’ouest de la ville d’Ushuaia, établie dans une vallée entre le Mont Susana et la chaîne Le Martial, sur la rive du Fleuve Pipo.

Le  » Train du Bout du Monde  » attire pour son élégance, style et contexte historique. Il était utilisé par les prisonniers d’Ushuaia transportés jusqu’aux champs de travaux forcés. Cet établissement pénitencier est étroitement lié à la construction du chemin de fer. Le train est propulsé par une locomotive à vapeur sur des rails étroits et possède des wagons décorés de manière élégante.

La visite du  » Train du Bout du Monde  » vous fera découvrir une partie de l’histoire de la Terre de Feu, Ushuaia et de sa prison.

Ce voyage unique vous conduira à travers des paysages impressionnants formés par les glaciers, fleuves, lacs, cascades et forêts vierges de la Cordillère des Andes. Le trajet dure un peu plus de 2 heures.

Vous partez de la Station Centrale, où vous observerez une réplique du  » petit train des prisonniers « . Vous parcourrez les sentiers utilisés, il y des décennies de cela, par les prisonniers pour transporter le bois à la communauté. Vous traverserez des bois centenaires, fleuves et vallées de grande beauté. Vous pourrez descendre à la cascade de La Macarena et vous diriger vers un campement indigène (campement typique d’une des 4 communautés aborigènes ayant habité autrefois la Terre de Feu) ou monter jusqu’à l’origine de la cascade dans la chaîne de montagne Le Martial.

En longeant le fleuve serpenté Río Pipo, le train traverse des secteurs révélant des traces laissées par les prisonniers dans leur routine quotidienne. Ils coupaient des arbres pendant presque un demi-siècle de travail continu.

http://www.enjoy-patagonia.org

Read Full Post »

colectivoscoelctivo_bsasL’histoire des “colectivos” remonte aux années 20 du siècle passé. Dans la Buenos Aires de cette époque-là  il y avait des taxis dont le prix était élevé pour les courts trajets.  Leurs propriétaires, soucieux pour le manque de clientèle, se réunissaient à parler de leurs malheurs. De ces réunions naquit l’idée de transporter plusieurs passagers dans un même véhicule (taxi- colectivo) avec des tarifs différenciés selon la distance à parcourir.

Le premier service de taxi-colectivos desservait le trajet Plaza Primera Junta – Lacarra y Av.Rivadavia (Quartier Caballito). Peu à peu, l’affaire commença à produire des bénéfices et la capacité des véhicules augmenta.

Depuis sa naissance, le colectivo dut surmonter des inconvénients de tout type: les outrages des tramways les accusant de concurrence déloyale, des impôts spéciaux et même des expropriations. Malgré tout ceci il gagna la bataille et devint populaire.

Cette invention argentine arriva en Uruguay, Paraguay, Brésil et lentement à beaucoup de villes du monde.

Avec le temps, le véhicule s’agrandit, fut peint de couleurs vives, et “fileteado” dans ses côtés. Aujourd’hui plus de 110 lignes urbaines avec près de 16.000 véhicules transportent  plus de 6.500.000 de passagers par jour dans la Ciudad de Buenos Aires et le Gran Buenos Aires, 24 heures sur 24 les 365 jours de l’année.

Un seul conseil, si vous pensez prendre un colectivo (“bondi” dans le langage familier) , respectez la file dans l’arrêt et munisez-vous de pièces…

http://www.loscolectivos.com.ar

Read Full Post »