Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Argentine’

picada (1)La « picada » est une des traditions gastronomiques argentines qui est toujours présente avant un bon asado ou tout simplement l’excuse parfaite pour se réunir entre amis.

Le nom « picada » vient du verbe « picar » c’est-à-dire prendre l’ingrédient que l’on veut manger.

De caractéristiques similaires aux tapas espagnoles, cet apéritif national est présenté sur une ample planche en bois . Les picadas peuvent être composées de quatre ou cinq ingrédients mais il y en a qui par leur abondance,  remplacent tranquillement un dîner ou un déjeuner .

L’accompagnement incontournable est le pain et bien sûr un bon vin rouge argentin ou une bonne bière.

Pour ce genre d’apéritif il n’y a pas de recette stricte Tous les bars, brasseries et restaurants argentins la servent d’après leur goût et les produits disponibles dans la région.

picada-antipasto_thumbIngrédients :

Charcuterie : jambon cuit,  jambon cru, salami, mortadelle, saucisses.

Fromages : roquefort, mozzarella, brie, camembert, gruyère, «  mar del plata »

Olives : vertes et noires.

Snacks : chips, arachides salées

Ingrédients gourmet :

Tomates sèches, fruits secs (noix, amandes, pistaches), anchois, sardines, pickles, champignons, oeufs durs de caille, etc.

Read Full Post »

La province est traversée de cordons montagneux, le réseau routier est peu développé et les chemins éludent les côtes dressées. Vous aurez la récompense d’une vue imposante depuis ces hauteurs.

El lecho del río, coloreado de turquesa, una de las postales de Catamarca  Foto Ivana SalfityCe système particulier de côtes, qui est l’attrait principal de la version forestière, est apte aux voyageurs à l’esprit aventurier . À bord d’un 4×4 et étrangers au vertige, ils profitent de ce site différent.

Avant de prendre la route il faut savoir :

· 1. Les services manquent dans la province. Il faut donc remplir le réservoir d’essence chaque fois que c’est possible.

· 2. Le temps de voyage ne peut pas être été estimé conformément aux kilomètres à parcourir : 15 kms de corniche peuvent demander une heure de conduite exigeante.

· 3. Il est préférable de voyager pendant la journée.

· 4. Il faut toujours emporter de l’eau potable, de la nourriture et des vêtements chauds.

· 5. Il ne faut pas sous-estimer le débit d’eau des rivières.

· 6. Prévenez toujours quelqu’un de votre parcours.

· 7. Les restaurants et les commerces ont l’habitude de respecter l’horaire de la sieste. En général ils ferment de 13 à 16 h. Les dimanches il est difficile de trouver des commerces ouverts.

Cuesta de las Piedras Blancas el serpenteante camino visto desde lo alto Foto Ivana Salfity Itinéraire :

Cuesta del Portezuelo

Cuesta de Piedras Blancas

Pucará de Aconquija

Andalgalá

Cuesta Capillitas

Belén por el Campo de Pozuelos

Londres

Photos: Ivana Salfity

Read Full Post »

Reserva Costanera Sur La Réserve Écologique de Buenos Aires, aussi dénommée « Reserva Ecológica Costanera Sur », est  un énorme espace vert de 350 hectares situé sur la côte du Rìo de la Plata, dans le quartier de Puerto Madero.

Aujourd’hui Parc Naturel, elle se trouve sur un terrain étendu gagné sur le río, par remplissage d’une petite portion de ce dernier par les décombres des démolitions opérées dans la ville pour la construction des autoroutes dans les décennies 1970/80.

Bien que l’objectif originel de ces remplissages était de les urbaniser pour les convertir en un « élargissement du centre-ville », ce projet fut finalement annulé et les terrains constitués restèrent à l’abandon. Durant ces années d’abandon, la nature fit valoir tous ses droits et, spontanément se développa sur ces terres un véritable étalage de différents écosystèmes natifs de la plaine chaco-pampeana  : des pâturages, trois lagunes, des bois de saules et d’acacias, etc, avec une incroyable richesse tant en ce qui concerne la faune que la flore.

On observe au cours des différentes époques de l’année pas moins de 250 espèces d’oiseaux, 9 d’amphibiens, 23 de reptiles, 10 de mammifères et 50 de papillons, entre autres.

Le site possède d’abondantes populations estivales d’oiseaux aquatiques.

© Marcelo Castro

© Marcelo Castro

Les trois pièces d’eau et les zones marécageuses qui les entourent sont habitées par des espèces de mammifères comme le ragondin. Ce milieu renferme en plus des populations stables de rongeurs sylvestres et aussi des marsupiaux. 

Dans les marécages et les prés qui les entourent, il est fréquent d’observer de nombreuses espèces de serpents aquatiques et semi-aquatiques ainsi que, particulièrement remarquée, une espèce de lézard (lagarto overo).

Les poissons constituent un superbe échantillon de la faune ichtyque endémique et originelle du bassin du Paraná, et font partie des différentes chaines trophiques, collaborant ainsi non seulement à l’entretien des lagunes (ils sont herbivores et insectivores), mais aussi à l’existence de populations d’oiseaux ichtyophages (comme les cormorans, les aigrettes et les hérons) et de tortues.

C’est un lieu idéal pour la réalisation d’activités sportives, comme le cyclisme, exercices aérobiques, randonnées ainsi que d’autres activités comme l’observation des oiseaux et la photographie.

La Réserve Écologique est ouverte pendant toute l’année et son accès est libre et gratuit.

http://www.reservacostanera.com.ar

Read Full Post »

La Chocotorta est un gâteau de la  pâtisserie argentine toujours présent dans les Imagenanniversaires des petits et des grands.  C’est une combinaison explosive de biscuits secs au chocolat et le traditionnel dulce de leche (confiture de lait) parmi d’autres ingrédients. De préparation rapide et facile, elle est à la fois succulente et peu onéreuse.

Ingrédients

–          320 gr de « queso crema » (crème de fromage ou fromage blanc)

–          500 gr de « dulce de leche » (confiture de lait)

–          400 gr de « chocolinas » ( biscuits secs au chocolat)

–          1/2 tasse de café noir

–          Du chocolat pour décorer

Préparation

– Dans un bol, mélangez le fromage et la confiture de lait jusqu’à l’obtention d’une texture homogène.

– Préparez le café et laissez-le tiédir dans une tasse.

Imagen – Trempez un à un les biscuits secs au chocolat dans le café et tapissez le fond      d’un moule rectangulaire avec les biscuits imbibés dans le café.

– Recouvrez d’ une couche du mélange de crème de fromage et confiture de lait.

– Recommencez l’opération jusqu’à l’épuisement des biscuits. Quatre ou cinq couches devraient suffire.

– Pour terminer, recouvrez, du mélange de dulce de leche et de crème de fromage .

– Décorez de chocolat râpé.

– Mettez la chocotorta au réfrigérateur pendant au moins trois heures.

Dégustez, vous ne résisterez pas !!!

Read Full Post »

Pour ceux qui veulent comprendre les conversations des Argentins, voilà d’autres expressions et les clés pour les décoder.

Si je dis « es una rata », je dis qu’il est égoïste et radin.

Si je te demande « un pucho », je veux une cigarette.

Si je te dis « voy a torrar », je vais dormir.

Si je dis qu’elle est « un bagayo », je dis qu’elle est très moche.

Si je dis « ¡qué quilombo! », je veux dire quel bordel !

Si je dis « estamos en el horno » je dis que nous avons des problèmes graves.

Si je dis « estoy a full » cela veut dire que je suis très occupé.

Si je parle d’un « cheto » ou d’un « concheto » c’est une personne qui a beaucoup d’argent.

Si je dis « gasté 500 mangos » , je veux dire j’ai dépensé 500 pesos.

Si je dis « está recaliente », je dis qu’il est très fâché mais attention ! cela peut signifier aussi qu’il est trés excité sexuellement.

Si je dis qu’il « no para de lastrar », je dis qu’il n’arrête pas de manger.

Si je dis « está repiola », je dis c’est chouette !

Je sais, je sais …. ce n’est pas toujours facile de comprendre les Argentins….

(Lire aussi les quatre articles précédents publiés dans « Parler argentin »)

Read Full Post »

Novembre….. un spectacle unique à Buenos Aires… les jacarandás en fleur.

 

Read Full Post »

Cette recette, très simple et nutritive est un classique de la cuisine « fait maison » d’Argentine. Elle trouve son origine dans la campagne quand les gauchos cuisinaient leur repas sur un disque de charrue posé sur du feu ou des braises.

Ingrédients

1/2 kg de viande de bœuf maigre (en fines tranches)

1/2 kg de pommes de terre

2 oignons

2 poivrons rouges

3 tomates

2 cuillerées de beurre

2 cuillerées d’huile

1 tasse de bouillon

2 feuilles de laurier

Sel, poivre, thym, origan

 Préparation

Enlever les parties de graisse plus visibles de la viande.

Eplucher et découper en rondelles les pommes de terre, les oignons et les poivrons. Découper en rondelles les tomates.

Dans une cocotte verser l’huile et le beurre. Y mettre par couches les ingrédients dans l’ordre suivant :  viande, oignons,  pommes de terre, poivrons, viande, etc. Saler, poivrer et ajouter les aromates dans chaque couche.  Y verser le bouillon.

Couvrir et laisser cuire à feu très doux jusqu’à ce que la sauce se réduise et que la viande soit bien tendre, 30 minutes environ.

N’oubliez pas de tremper le pain dans la sauce….. c’est permis !

Read Full Post »

Je regarde le ciel et les étoiles, je sais que tu en fais partie !!

Bonne fête à tous !

Read Full Post »

La Milanesa est une mince tranche de viande de boeuf trempée dans des oeufs battus assaisonnés de sel, de persil et d’ail puis passées dans de la chapelure et frite ou cuite au four. Par extension, on appelle milanesa à toute tranche fine de n’importe quel ingrédient préparée de cette manière. Il y a donc des milanesas de poulet, de poisson, de soya, d’aubergines, etc.

Son origine est incertaine. Les Autrichiens, les Allemands et les Italiens se disputent son invention depuis plus de trois siècles pourtant son nom espagnol provient de la ville de Milan (Italie) . Cette recette serait arrivée en Argentine au  XIXe siècle pour devenir un plat typique de la cuisine “Rioplatense”.

Elle est consommée accompagnée de salade de laitue, tomates et oignons ou “milanesa a caballo” c’est-à-dire servie avec des frites et d’un ou deux oeufs frits. Il y a aussi le “sandwich de milanesa” : milanesa, des feuilles de laitue, des rondelles de tomate et de la mayonnaise.

La “milanesa ala Napolitana” est une variante argentine créée dans un restaurant des années 40 appelé “Napoli” . La différence avec la milanesa est qu’elle est couverte de sauce tomate, jambon cuit et mozzarella. Sa cuisson se termine au four pour que le fromage se fonde et se gratinne.

Recette

Ingrédients

–  ½ kilo de viande de boeuf  ou de veau coupée en fines tranches.

–  2 oeuf

–  ½ kg de chapelure

–  2 gousses d’ail

–  2 cuillérées de persil haché

–  sel

–  Huile pour la friture

Préparation:

– Enlever la graisse qui pourrait avoir la viande.

– Eplucher les gousses d’ail et les hacher.

– Casser les oeufs dans un bol et y ajouter l’ail et le persil. Saler.

– Tremper les tranches de viande dans la préparation d’oeufs puis panner-les des deux côtés avec  la chapelure.

– Dans une poêle, faites chauffer l’huile, puis déposez-y les milanesas. Faire frire des deux côtés  jusqu’à ce qu’elles soit dorées.

Pour les milanesas a la napolitana:

– Couvrir chaque milanesa déjà cuite avec de la sauce tomate, une tranche fine de jambon cuit et de la muzzarella.

– Faire gratinner au four.

Read Full Post »

La Península Mitre est la pointe extrême sud-est de l’Île de la Terre de Feu qui termine par le Cap San Diego. La partie sud repose sur le Canal Beagle et celle du nord sur l’Océan Atlantique.  C’est un vrai trésor naturel déclaré “Zone de circulation restreinte” pour sensibiliser à l’importance de sa préservation.

C’est l’un des endroits des plus vierges de la Terre de Feu et visité par très peu d’aventuriers avec le désir de découvrir les mythes et légendes de ce bout d’Amérique… la “Fin du Monde”…

Région fascinante, aux couleurs et à l’atmosphère indescriptibles, tout y semble loin, énigmatique et irréel à la fois.

Toute cette zone est en réalité une immense tourbière, dangereuse et traître. Il faut traverser plusieurs rivières profondes en profitant de la marée basse. Cette dernière ouvre momentanément d’immenses plages plus faciles à pratiquer qu’en haut de certaines falaises “mangées” par la tourbe.

La mer descend très loin du fait de la faible pente de sable volcanique, elle rejette parfois des témoins du temps passé: canons de galions espagnols du XVIIe, rames, figures de proue et d’autres objets qui terminent au musée d’Ushuaia.

La faune est très présente également: guanacos, loups de mer, manchots de Magellan, cormorans, renards de Terre de Feu, condor et outardes ne manquent pas à l’appel.

Anciennement la région a été habitée par des aborigènes : les Haush et les Onas ou Shelknam, véritables propriétaires de ces territoires désolés et hostiles..

De nombreux gisements archéologiques continuent d’être étudiés par des scientifiques de tout le monde (biologistes, archéologues, anthropologues, géologues et historiens).

Pour arriver à la Péninsule Mitre la meilleure option est à cheval, mais le trajet peut se faire à pied si votre état physique le vous permet. En tous les cas il est conseillé d’engager les services d’un guide et de porter des provisions.

La meilleure époque de l’année pour visiter la Péninsule Mitre est de novembre à mars.

Photo: Javier Ortiz Aramburu <ortizfotos@live.com>

Read Full Post »

Older Posts »