Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Art argentin’

Dans l’ancien quartier de Barracas, la Rue Lanín d’à peine 300 mètres apparaît comme une explosion de couleurs parmi les gros murs gris qui l’entourent.

A l’initiative de l’artiste plastique Marino Santa María, a pris forme celui qui est peut-être le seul projet d’art public de la ville. Dans ces murs les figures abstraites de couleurs fortes se mélangent avec l’esprit de faubourg qui subsiste encore dans ses alentours.

Les 40 façades de la rue Lanín sont déjà passées par la brosse de Santa María et d’autres artistes plastiques argentins.

Le peintre Marino Santa María est né en 1949 dans le quartier de Barracas. Son père – Marino Pérsico – était un peintre et céramiste reconnu vers le milieu du XXe siècle. Dans les années 90,  Santa María  a peint une de ses oeuvres sur la façade de son atelier, au 33 rue Lanín. L’idée a été très bien accueillie par les voisins, qui peu à peu lui ont demandé de peindre aussi les façades de leurs maisons. L’artiste a obtenu le financement et la participation du gouvernement porteño, l’UNESCO et le Musée National de Beaux Arts pour la réalisation de son projet de peindre 40 maisons le long des trois cent mètres de la rue Lanín.

L’oeuvre a demandé deux années de travail et la participation  de plus de vingt  personnes entre maçons et peintres. Les 40 façades ont été lavées, ravalées et finalement peintes avec de la peinture synthétique.

http://www.marinosantamaria.com/pasaje_lanin_calle_marino_santa_maria.htm

Publicités

Read Full Post »

Helmut Ditsch est parti du pays à la fin des années 80, déçu par les galeries d’art et les critiques.  Maintenant il veut retourner avec le mérite d’être devenu l’artiste argentin le plus cher de l’histoire. L’académie locale reste sceptique par rapport à la valeur de ses oeuvres, des paysages monumentaux et hyperréalistes . Et lui, qui sait de ce dédain, en rit  tandis qu’il exhibe le contrat de vente de « La Mer II » en US$ 865.000 dollars.

Helmut, de 48 ans, explique que cette vente coïncide avec un moment personnel très triste. Marion, son épouse pendant presque vingt ans, vient de mourir d’un cancer. « Elle a été très importante dans ma carrière et spécialement dans la production de » La Mer « . Elle est tombée malade pendant que je peignais ce tableau et un peu de cette tristesse y est présente « .

Quelques milliers de fortunés ont pu voir « La Mer II » en 2006 dans la Foire du Livre. Malheureusement  très peu de l’oeuvre de Helmut est passée par l’Argentine. Il en a fait  une exposition en 2001, dans le Musée National de Beaux Arts. Aujourd’hui, la majorité de ses tableaux se trouvent dans des édifices gouvernementaux et des entreprises de l’Irlande,  l’Espagne,  l’Allemagne,  l’Italie,  l’Angleterre,  l’Autriche et le Chili.

http://www.helmut-ditsch.com

Read Full Post »

cuadros 2009 009

Le jeudi 28 Mai aura lieu une expérience intéressante pour ceux qui aiment la peinture.

Les peintres MARCELA CORTI et ISABEL MACKINLAY ouvriront les portes de leur atelier pour vous y accueillir. Mais, ce ne sera pas une exposition traditionnelle. Avec la compagnie d’ un bon vin et d’une excellente  musique  vous pourrez les voir travailler avec leurs pinceaux et leurs huiles et échanger des opinions sur leurs oeuvres.

Vous aurez aussi la possibilité d’acheter des oeuvres à de vrai prix d’atelier.

A ne pas perdre !!

Jeudi 28 Mai , à partir de 19.30 hs – Av.Corrientes 1985 – 5º piso Dpto. J – Buenos Aires.

Read Full Post »

p41900961L’année passée (Juin-juillet 2008) la Galérie Ra del Rey a organisé pour la première fois en Espagne une exposition de l’oeuvre de l’artiste argentine Marcela Corti (Buenos Aires, 1965).

Veuillez lire ci-dessous la critique faite par le magazine spécialisé “El Punto de las Artes”.

“ Marcela Corti choisit toujours des motifs connus. Dans ses vues de villages, de maisons à côté de ruisseaux ou de lointains hameaux, on découvre un regard sincère et profondément réaliste. Mais la magie de la peinture devient le lexique utilisé. Comme un peintre pré-cubiste, elle décide d’inverser les perspectives, de les combiner à vol d’ oiseau, de géométriser les volumes et les contours de ses motifs picturaux..

Cette dernière particularité est clairement appréciable dans ses natures mortes où l’approximation à l’oeuvre de Cézanne est immanente. Les fruits, les pastèques ou les pommes, les verres de vin et les couteaux, les morceaux de fromage…. Tout ceci nous découvre un monde proche, connu et saisisable au premier abord. Cependant, loin d’être une peinture “rapide” à regarder, Corti nous demande du temps. Le temps de découvrir la direction des touches, toujours longues, les ombres colorées, les contours géométriques des fruits qui nous ramènent à l’axiome de l’artiste d’Aix- en -Provence selon lequel la nature peut être réduite au cône, au cylindre et au rectangle.

Pour ne pas échapper de l’essentiel, Corti choisit une palette qui fuit le chromatisme éclatant. Des tons terre, des verts profonds, des rouges tempérés de marron…. Même dans ses compositions avec des personnages, comme “Le piano dans le bar”, prédominent le contrôle et l’ attention sur une esthétique définitoire de son travail”.

Ce peintre à grand talent accueille les intéressés dans son atelier de Palermo pour partager une conversation et pourquoi pas, un café….

www.elpuntodelasartes.es

www.marcelacorti.com.ar

Read Full Post »