Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘histoire argentine’

Les 200 ans de la Révolution qui a préparé la voie pour l’indépendance argentine seront fêtés pendant toute l’année et dans tout le territoire du pays avec différentes activités et inaugurations qui prépareront le terrain pour la grande festivité qui aura le 25 mai 2010 comme acte central.

Dans l’agenda du site officiel du Bicentenaire sont détaillées toutes les activités programmées.

Synthèse de la Révolution de Mai 1810.

La Révolution de Mai fut le processus historique qui entraîna la rupture des liens coloniaux avec l’Espagne en 1810 et ouvra le chemin de l’indépendance du pays le 9 juillet 1816. Les évènements de Mai ne firent que cristalliser un mouvement émancipateur cherchant depuis 1806, une plus grande participation politique et économique des créoles. Ainsi, le 22 mai 1810, après ll’arrivée des nouvelles de la chute de la couronne espagnole entre les mains des français, les créoles convoquèrent à un  “Cabildo Abierto” (Conseil Municipal Ouvert) qui dut être accepté par le Vice-roi Cisneros, représentant de l’Espagne dans le pays. Après quatre jours de débats et de révoltes, les intégrants prirent la décision de conformer une Assemblée créole qui assumerait le Gouvernement de la Nation tant que la Couronne espagnole était libérée de la domination française. Ainsi, le gouvernement populaire fut formé par des intellectuels et militaires créoles qui luttaient depuis des années pour la révolution indépendantiste : Cornelio Saavedra, Juan Jose Castelli, Manuel Belgrano, Miguel d’Azcuénaga, Manuel Alberti, Domingo Matheu, Juan Larrea, Juan Jose Paso et Mariano Moreno. À partir de ce fait, la lutte pour l’indépendance fut un chemin inévitable aboutissant au Congrès de Tucuman du 9 juillet 1816.

http://www.bicentenario.argentina.ar

Publicités

Read Full Post »

La République Argentine est située dans l’hémisphère sud et occidental du continent américain.  C’est le second pays en extension de l’Amérique du Sud et le huitième du monde. Il possède une superficie continentale de 2.791.810 de Km2.

La superficie totale avec le secteur antarctique et les Iles de l’Atlantique Sud est de 3.761.274 de Km2.

L’Argentine est longue de 3 800 kilomètres du nord au sud et de 1 400 kilomètres de l’est à l’ouest.
Elle est divisée en  23 provinces et  une Cité Autonome érigée en district fédéral (Ciudad Autónoma de Buenos Aires),  siège du gouvernement national :

. Buenos Aires ,  Catamarca,  Chaco., Chubut, Ciudad Autónoma de Buenos Aires, Córdoba, Corrientes,  Entre Ríos,  Formosa,  Jujuy,  La Pampa,  La Rioja, Mendoza, Misiones, Neuquén, Río Negro, Salta,  San Juan, San Luis, Santa Cruz, Santa Fe,  Santiago del Estero, Tierra del Fuego e Islas del Atlántico Sur, Tucumán.

Système Politique : Républicain Représentatif et Fédéral
Population estimée : 40.000.000 d’habitants
Langue : Espagnol. Autres langues : Quechua, Guarani et Araucano.

Les principaux types de climat de l’Argentine sont quatre : chaud, tempéré, stérile et froid. L’extension du territoire et les accidents du relief déterminent l’existence de variétés dans chacun des types cités.

L’Argentine : Creuset de Races

Les premiers habitants de l’actuel territoire argentin ont été des indigènes ceux qui, réunis en diverses tribus, ont développé leurs cultures respectives en degré divers.
Au  XVIe siècle se produit l’arrivée des conquérants espagnols apportant leurs coutumes et valeurs propres et en produisant une rencontre culturelle perdurable , non exempte de douleur dans beaucoup de cas et de coopération dans d’autres. Du point de vue démographique, cette rencontre a donné lieu au métissage blancs et Indiens,  auquel on ajouterait en degré plus petit, l’apport d’habitants noirs apportés depuis l’Afrique ou depuis le Brésil en qualité d’esclaves, particulièrement dans la zone del Río de la Plata. Métis, mulâtres et “zambos” doivent ainsi consigner la conformation de la population créole.
Dans la seconde moitié du XIXe siècle et la première du XXe, s’est produit l’arrivée d’un important apport migratoire d’origine principalement européenne, qui constitue un autre pilier fondamental au moment de définir l’essence de l’ “argentinidad” comme produit d’un véritable « creuset de races ».

La cuisine argentine est le résultat d’une savoureuse synthèse, résultat de l’apport des plats européennes appartenant aux différents courants migratoires, assaisonnés et combinés avec des aliments propres du sol indigène.
Font partie de la gastronomie créole le “asado con cuero”( le rôti avec cuir), le locro, la carbonada, la humita, el tamal,  las empanadas, el chipá, la mazamorra, el dulce de leche, el arrope, la yema quemada, el quesillo de cabra  et une ravissante variété de sucreries régionales. L’infusion caractéristique est le maté – partagé avec ses voisins latino-americains du Sud – de préférence le « cimarron » (amer), et ses variantes : sucré, cuit, au lait et “tereré” (froid) . Les boissons traditionnelles sont le vino patero, la aloja y la chicha  (ces dernières dans les provinces du Nord-ouest).

Read Full Post »

Avec des cérémonies du souvenir à Buenos Aires et sur tout le territoire national, l’Argentine entend commémorer avec une solennité particulière, ce vendredi 2 avril, le vingt-huitième anniversaire de la guerre des Malouines. Comme à l’accoutumée, la principale manifestation aura lieu à Ushuaia, la capitale de la Terre de Feu, province qui inclut, d’après la loi et les manuels locaux, les Malouines et les autres îles de l’Atlantique Sud  dont la souveraineté est toujours revendiquée par les Argentins. Non sans argument, puisque ces territoires faisaient partie du vice-royaume du Río de la Plata, auquel succéda l’Argentine lors de l’indépendance en 1816. Mais l’autorité de Buenos Aires n’a pu s’y exercer de manière effective que durant dix-sept ans, en raison de l’occupation militaire des Malouines par le Royaume-Uni en 1833, puis durant les 74 jours du conflit de 1982 (2 avril – 14 juin).

Selon l’article 1 de la Loi 26.110, le 2 avril est établi comme le Jour du Vétéran et de ceux tombés dans la Guerre des Malouines et jour férié en Argentine.

Le 2 avril 1982, des centaines de jeunes presqu’adolescents, qui effectuaient le service militaire obligatoire ont été débarqués dans les Iles Malouines.

La Guerre avait commencé comme une stratégie de plus du plan génocide porté en avant par la dictature et utilisée pour se perpétuer dans le pouvoir

Pour ces jeunes le froid, la faim, l’abandon.

Dire “ Malvinas ” peut signifier dire Galtieri, Astiz, Menéndez, souveraineté, dépendance, complicités, lâcheté, tristesse, tranchée. Mais jamais manque de mémoire.

La défaite des Forces Armées argentines aux Malouines a contribué à la chute de la junte militaire et à la transition démocratique.

Le retour des combatants passsé sous silence par une défaite veut persister à travers les années. Nous avons ici un compromis : protéger la mémoire des  « pibes » de Malvinas en rendant propice l’autre mémoire et en composant depuis le passé un lien avec le présent.

Read Full Post »

9 julioSurvenue le 9 juillet 1816 à San Miguel de Tucumán, la déclaration d’indépendance de l’Argentine marque la fin de l’emprise espagnole sur une de ses anciennes colonies.

Le processus avait bel et bien débuté auparavant, la Révolution de Mai marquant un tournant décisif  le 25 mai 1810 avec une indépendance de fait.

A ce moment-là, profitant de la crise politique qui secoue l’Espagne depuis l’invasion des armées de Napoléon, les bourgeois de la Vice-royauté déposent le vice-roi et déclarent indépendantes les onze provinces unies du Rio de la Plata (future Argentine)

Six ans plus tard, le 9 juillet 1816, la bourgeoisie créole représentant le peuple, réunie en Congrès National dans la ville de San Miguel de Tucumán, aprouve l’Acte d‘Indépendance et décide instaurer un état fédéral.

Le général José de San Martin, leader du mouvement indépendantiste de la région, poursuivra sa « croisade » dans toute l’Amérique du Sud en libérant par la suite le Pérou et le Chili,

Read Full Post »

La Révolution de Mai comprend une suite d’événements qui eurent lieu en 1810 dans la ville de Buenos Aires , à ce moment-là capitale de la Vice-royauté del Río de la Plata , dépendance coloniale d’Espagne.

En 1808, les troupes de Napoléon 1er occupent l’Espagne et la dynastie légitime des Bourbons est renversée cependant que se soulève le peuple espagnol.

À Buenos Aires, les élites créoles, qui ont pris conscience de leur capacité militaire en luttant contre les Anglais, organisent méthodiquement leur prise du pouvoir. En l’espace d’une semaine, du 18 au 25 mai 1810, elles chassent le vice-roi d’Espagne, Baltasar Hidalgo de Cisneros, et mettent en place une première ”junte” destinée à gouverner la colonie.

Cet événement est à l’origine de la naissance de l’Etat Argentin, sans proclamation formel25_de_mayo25-de-mayo-thumble d’indépendence. Celle-ci eut lieu six ans plus tard, le 9 juillet 1816.

La Révolution, installa le concept de souveraineté populaire selon lequel le peuple a le droit de désigner ses propres gouvernants en absence des autorités légitimes. Avec le temps, cette idée donnerait lieu à la règle de la majorité selon laquelle la majorité de la population choisit le gouvernement en exercice. Un processus lent, long  et progressif de maturation de ces idées amena à l’adoption du Système Républicain en Argentine.

En souvenir de ces évenements, le 25 Mai est fête nationale en Argentine. En 2010, à 200 ans de la Révolution de Mai, auront lieu les célébrations du Bicentenaire de la République Argentine.

Read Full Post »